Apostat Kabyle AK

Mahomet, tentative de réfutation de ses actes pédophiles

 

 

A propos de la vidéo "ISLAM: Réfutation du mariage du Prophète avec Aisha" 



Les musulmans sont de plus en plus gênés par les accusations de pédophilie portée contre Mahomet. Certains d'entre eux ont donc été tentés de rechercher une version plus présentable du mariage de Mahomet avec Aïcha. Ils sont arrivés à échafauder tant bien que mal une hypothèse selon laquelle ce mariage n'a rien d'un acte de pédophilie . Ils citent notamment certains prescripteurs qui remettent plus ou moins en cause ce qui est mentionné à ce sujet dans les hadiths, avançant le prétexte que ceux-ci ont été écrits plus de 2 siècles après la mort de Mahomet et sont donc sujets à des inexactitudes. Dans des cas extrêmes, ils contestent la validités des hadiths et préconisent de ne plus en tenir compte dans la pratique de leur dogme. Mais eux-mêmes cherchent leurs preuves dans ces hadiths qu'ils veulent bannir! D'où une flagrante incohérence. Ils utilisent les hadiths, plus précisément ceux de certains prescripteurs comme an-Nawawi et ibn-Saad, pour conclure que les hadiths ne sont pas des sources fiables, allant jusqu'à réfuter les paroles de Aicha, dénommée par les musulmans "mère de tous les croyants". Très grossière et très paradoxale manoeuvre.


La référence à an-Nawawi: ce théologien est considéré par les chaféistes comme un des plus grands commentateurs mais il n'a fait entre autres que reprendre les travaux de Muslim et, en partie, ceux d'al-Bukhari. Il a également contre lui d'être né six siècles après l'hégire: ses points de désaccord avec ses devanciers ne jouent pas en sa faveur. Car puisqu'on remet en cause la véracité des écrits datant de 2 siècles après la mort de Mahomet, qu'en est-il de ceux qui auraient été écrits 6 siècles plus tard? C'est encore un argument en défaveur des musulmans.

Quant à la référence à ibn-Saad, biographe arabe, il a été l'élève de al-Waqidi. On disait de lui qu'il était digne de confiance et précis. Il a surtout écrit une sira (biographie) de Mahomet et de ses compagnons et décrit précisément la bataille de Badr.
Malgré tout leur sérieux, les faits rapportés par ces 2 ulémas sont contredits par tous leurs collègues ulémas, notamment les références en la matière que sont al-Bukhari, Muslim et Abou Daoud.

Dans la vidéo, vers 01:10, le narrateur dit exactement:  "Le malheur est le fait que Aïcha a imaginé cette fausse histoire de manière scandaleuse". Cette affirmation est une accusation extrêmement grave qui vaut condamnation à la peine capitale en droit islamique et à l'apostasie. A moins qu'on lui applique le principe maintenant bien connu de la taquiya. On le voit dans la vidéo à partir de 04:20, le narrateur fait même parler le père de Aïcha, Abu Bakr, pour lui inventer un premier mari avant Mahomet, un certain  Jubayr ibn Mut'im. Ce qui est contradictoire avec toutes les paroles rapportées par les principaux ulémas. Car le narrateur omet, volontairement selon moi, de préciser qu'il ne s'agit nullement d'un mariage, mais d'une simple tradition: à l'époque, il n'était pas rare qu'une fille soit promise dès sa naissance, c'est ce que fit probablement Abu Bakr: il a engagé sa fille Aïcha et l'a promise en mariage à ce Jubayr ibn Mut'im, par ailleurs un parfait inconnu en dehors de cette anecdote. Quand le père de ce dernier apprit qu'Abu Bakr s'était converti à l'islam, c'est lui qui demanda à rompre cette promesse et le mariage de son fils avec Aïcha n'eut jamais lieu.



A force de distordre les chiffres et les dates, à force de mensonges et de falsifications, spécialités musulmans pas excellence, on en est ainsi arrivé à cette conclusion rassurante : Mahomet ne serait pas pédophile, il aurait épousé Aïcha non pas à six ans mais à 18 ans. Voilà que le prophète des musulmans devient d'un coup fréquentable!

Sauf que cette version du mariage de Aïcha à 19 ans ou plus, telle qu'elle est présentée dans cette vidéo, est démentie par tous les documents authentifiés par les musulmans eux-mêmes comme faisant partie intégrante de leur sunna, à commencer par les Sahihs d'al-Bukhari, de Muslim ou d'Abou Daoud. En voici quelques-uns:


- 1° Sahih al-Bukhari Volume 7, Livre 62, Numéro 64: Aïcha a rapporté que le prophète l'a épousée quand elle avait six ans et qu'il consomma son mariage quans elle avait neuf ans, et qu'elle resta avec lui durant neuf années (c'est à dire jusqu'à sa mort).

- 2° Sahih al-Bukhari 8:73:151: Aicha a rapporté: "J'avais l'habitude jouer avec les poupées en présence du prophète, et mes amies jouaient aussi avec moi. Quand l'apôtre d'Allah entrait, elles avaient l'habitude de se cacher, mais le prophète les appelait pour qu'elles se joignent et jouent avec moi".

- 3° Hadith n° 114 dans le Sahih de Muslim : Aïcha a dit : "J'avais six ans lorsque le Prophète m'épousa, neuf ans lorsqu'il eut effectivement des relations conjugales avec moi". Puis elle relatait : "Nous nous rendîmes à Médine. J'avais eu la fièvre pendant un mois, et avais perdu mes cheveux; mais ils repoussèrent abondamment et m'arrivèrent jusqu'aux épaules. Ma mère, Umm Ruman, vint me trouver tandis que j'étais sur une balançoire, entourée de mes compagnes. Elle m'appela et je me rendis à son appel sans savoir ce qu'elle voulait de moi. Elle me prit par la main, me fit rester sur la porte de la maison, jusqu'à ce que ma respiration haletante se fût calmée. Elle me fit ensuite entrer dans la maison où se trouvaient des femmes des Ansar qui me dirent: "A toi le bonheur, la bénédiction et la meilleure fortune!" Ma mère m'ayant livrée à ces femmes, celles-ci me lavèrent le visage et la tête; et se mirent à me parer. J'avais à peine fini, que l'Envoyé d'Allah entra, lorsqu'il était encore le matin. Alors on me remit entre ses mains."

- 4° Hadith n° 3311 dans le Sahih Muslim Livre 008: Aïcha a rapporté que l'apôtre d'Allah l'a épousée quand elle était âgée de sept ans, et qu'elle a été amenée dans sa maison comme épouse quand elle avait neuf ans, et ses poupées étaient avec elles, et quand lui mourut elle avait dix huit ans.

- 5° Abu Dawud 2:2116: Aïcha a dit : "Le messager d'Allah m'a épousée quand j'avais sept ans" (le narrateur, Suleyman, a déclaré: "ou six ans") et il a couché avec moi quand j'avais 9 ans".


On pourrait continuer ainsi longtemps: rien que al-Bukhari a écrit plusieurs dizaines de hadiths sur le sujet.
Il convient maintenant de rappeler l'importance des hadiths pour les musulmans: quiconque les remet en doute met en doute l'ensemble du dogme et il est donc considéré apostat. Il encourt la peine de mort requise contre ceux qui entrent en apostasie. Les musulmans se trouvent ainsi devant une alternative: ils réfutent les hadiths et par conséquent, ils admettent que c'est l'ensemble du dogme qui est faux et donc à jeter, le coran en premier, ou ils considèrent les hadiths comme une des sources de la sunna et n'ont d'autre choix que d'en accepter tout le contenu. Ou bien utiliser leur artifice favori envers les sceptiques: la taquiya. Elle a l'inconvénient de commencer à être connue, elle est donc de moins en moins efficace.


Au VIIème siècle, il n'existait en Arabie ni calendrier, ni registres des naissances. Mais les historiens sont tous d'accord pour admettre que les filles étaient mariées très jeunes. L'historien Maxime Rodinson estime qu'à l'âge de 13 ans le mariage était consommé depuis longtemps pour les femmes de l'époque.

Un autre élément joue une fois de plus en défaveur de ces musulmans qui essaient d'effacer le comportement criminel de leur prophète: les mariages d'enfants étaient une règle bien établie et acceptée partout dans tous les pays musulmans avant l'arrivée des Occidentaux. Ce sont ces mêmes Occidentaux qui ont interdit ces pratiques pendant toute l'ère coloniale. Ce n'est que depuis que les musulmans sont sortis du colonialisme qu'ils reviennent à ces pratiques pédophiles, les exemples ne manquent pas, jusque dans les pays qu'on nous présente comme "pays musulmans modérés", à l'image du Maroc. L'exemple le plus symbolique nous vient encore de l'Arabie Saoudite, où se déroulent " tous les ans plus de 5.000 mariages de filles de moins de 14 ans".

Et c'est donc parce que ce comportement en Occident est considéré comme criminel que les musulmans ont commencé à chercher des interprétations acceptables.

Un argument supplémentaire qui contredit les musulmans: selon la plupart des historiens, Aïcha serait née en 614 et mariée en 623 ou 624, sans autre précision: est-ce la date du mariage ou la date de la consommation du mariage?

Enfin, la confirmation vient du coran lui-même et sans aucune réfutation possible pour aucun musulman: le verset 4 de la Sourate 65: at-Talaq (le divorce):
-Si vous avez des doutes à propos (de la période d'attente) de vos femmes qui n'espèrent plus avoir de règles, leur délai est de trois mois. De même pour celles qui n'ont pas encore de règles. Et quant à celles qui sont enceintes, leur période d'attente se terminera à leur accouchement. Quiconque craint Allah cependant, Il lui facilite les choses .
C'est donc indéniable: le coran admet qu'un homme puisse être marié avec une jeune fille qui n'a pas encore de règles.


Il est nécessaire de récapituler les éléments qui indiquent que Aïcha n'était qu'une gamine lorsqu'on l'a mariée à Mahomet:

- la mention précise de l'âge de son mariage et de son âge lorsque le mariage a été consommé, répétée des dizaines et des dizaines de fois par presque tous les ulémas. Durant cette période de 3 ans, Mahomet a pratiqué sur elle la "mufa’khathat", comme nous l'apprend le Comité permanent pour la recherche scientifique et les fatwas: "En ce qui concerne le prophète, la paix et la prière d'Allah soient sur lui, plaçant son membre entre les cuisses de sa fiancée Aicha. Elle avait six ans et il ne pouvait pas avoir de rapports sexuels avec elle à cause de son jeune âge. C'est pourquoi le Prophète [la paix et la prière d'Allah soient sur lui] plaçait son membre (pénis) entre ses cuisses et l’y frottait doucement, l'apôtre d'Allah avait le contrôle de ses membres comme aucun autre croyant".

- le fait que, quand le "prophète" rentrait, il trouvait Aïcha jouant à la poupée avec ses amies.
A signaler enfin: la vidéo semble provenir d'une source chiite. Je n'en suis pas vraiment sûr et je ne connais presque rien du chiisme, mais si c'est le cas, voilà encore un bel exemple de taquiya: les sunnites sont prêts à tout, y compris à utiliser les armes de leurs pires ennemis en religion, pour justifier les agissements pas toujours très propres (et surtout jamais spirituels), de leur "prophète".


Enfin, je voudrais terminer en vous montrant une page symptomatique de la réaction des musulmans devant toute question dérangeante: les réponses sont sensiblement toujours du même tonneau! //www.bladi.net/forum/78347-vrai-mohamed-marie-fille-6-ans/



13/11/2012
1 Poster un commentaire