Apostat Kabyle AK

Le Coran et la science




//atil.ovh.org/noosphere/sciencecoran.php



On trouve de plus en plus de sites web musulmans prétendant que le Coran renferme de grandes connaissances scientifiques. Des connaissances que, à l'époque de Mahomet, personne ne pouvait encore connaître, ce qui confirmerait l'origine divine de ce livre. Qu'en penser ?

Certains prétendent ainsi que les sourates suivantes décrivent les sept couches de l'atmosphères telles qu'elles ont été découvertes récemment par les scientifiques :

Sourate 67, 3 :
"Celui qui a créé sept cieux superposés sans que tu voies de disproportion en la création du Tout Miséricordieux. Ramène sur elle le regard. Y vois-tu une brèche quelconque ?"

Sourate 78, 12 :
"... et construit au-dessus de vous sept cieux renforcés..."
Cependant les scientifiques ne divisent pas tous l'atmosphère en sept parties, il y a plusieurs systèmes possibles.
En général on distingues la troposphère, la stratosphère, la mésosphère, la ionosphère et l'exosphère. Cela ne fait que cinq parties. Certains ajoutent la ionosphère entre la stratosphère et la mésosphère, et la magnétosphère dans la partie inférieure de l'exosphère. Cela permet d'arriver à sept. Cependant d'autres ajoutent la turbosphère entre la mésosphère et l'ionosphère, et ils regroupent la troposphère, la stratosphère et la mésosphère sous le nom d'homosphère. Cela fait alors 4 ou 5 couches. Et d'autres encore regroupent la troposphère et la stratospère sous le nom de neutrosphère.
Difficile alors d'affirmer que l'atmosphère se divise exactement en sept couches.

On remarquera, en plus, que de très nombreux peuples primitifs, partout dans le monde, ont divisé pareillement le ciel en sept parties. ce n'est donc pas spécifique au Coran.
Cela correspond probablement aux sept astres qu'on croyait tourner autour de la terre sur des orbites concentriques : Lune, Mercure, vénus, Soleil, Mars, Jupiter et Saturne. Mais on sait maintenant que le système solaire contient huit planètes (dont la terre) tournant autour du Soleil : Mercure, vénus, Terre, Mars, Jupiter, Saturne, Uranus et Neptune.
Les sept cieux entourant la Terre ne sont donc plus qu'une croyance archaïque et primitive.



De plus le Coran indique que les étoiles sont placées dans le ciel le plus bas. Les sept cieux ne peuvent donc pas correspondre à des couches atmosphériques, ni même aux orbites des planètes :

Sourate 37, 6 :
"Oui, Nous avons décoré le ciel le plus proche d'un ornement d'étoiles."

Sourate 41, 12 :
"Il décréta d'en faire sept cieux en deux jours et révéla à chaque ciel sa fonction. Et Nous avons décoré le ciel le plus proche de lampes / étoiles et l'avons protégé. Tel est l'Ordre établi par le Puissant, l'Omniscient."

Sourate 67, 3,-5 :
"Celui qui a créé sept cieux, posés les uns sur les autres ... et très certainement Nous avons embelli de lampes le ciel le plus proche... "


Pire encore, le Coran décrit les cieux comme une chose solide constituée d'une matière dure et cassante, ce qui est le comble de l'obscurantisme :

Sourate 19, 90 :
"Peu s'en faut que les cieux ne s'entrouvrent à ces mots, que la terre ne se fende et que les montagnes ne s'écroulent ."
Sourate 34, 9 :
"Ne voient-ils donc pas ce qu'il y a comme ciel et comme terre devant et derrière eux ? Si Nous voulions, Nous ferions que la terre les engloutisse, ou que des morceaux du ciel tombent sur eux. Il y a en cela une preuve pour tout serviteur repentant."

Sourate 79, 27-30 :
"... seriez-vous meilleurs créateurs, ou le ciel qu'il a construit ? il a élevé sa voûte et l'a polie."



La sourate 41, 9-12 prétend même que les cieux et les étoiles ont été formés APRES la création de la Terre, de ses animaux et végétaux ... ce qui est absurde :

"Dis: Renierez-vous celui qui a créé la terre en deux jours, et Lui donnerez-vous des égaux ? Tel est le Seigneur de l'univers,
C'est Lui qui fermement fixé des montagnes au-dessus d'elle, l'a bénie, et lui assigna ses ressources alimentaires en quatre jours d'égale durée. Telle est la réponse à ceux qui t'interrogent.
Il S'est ensuite adressé au ciel qui était alors fumée et lui dit, ainsi qu'à la terre : Venez tous deux, bon gré, mal gré. Tous deux dirent : Nous venons obéissants.
Il décréta d'en faire sept cieux en deux jours et révéla à chaque ciel sa fonction. Et Nous avons décoré le ciel le plus proche de lampes étoiles et l'avons protégé. Tel est l'Ordre établi par le Puissant, l'Omniscient.."

Et la sourate 11, 7 s'imagine que l'eau existait déjà avant que les cieux et la terre n'existent, ce qui est également peu logique :

"Et c'est Lui qui a créé les cieux et la terre en six jours, alors que Son Trône était sur l'eau, afin d'éprouver lequel de vous agirait le mieux. Et si tu dis : Vous serez ressuscités après la mort. Ceux qui ne croient pas diront : Ce n'est là qu'une magie évidente."

Difficile donc de trouver de grandes vérités scientifiques dans ces textes remplis de croyances très primitives !


D'autres sourates parlent des comètes et étoiles filantes ...

Sourate 15, 16-18 :
Très certainement, Nous avons assigné au ciel des constellations et Nous l'avons embelli pour ceux qui regardent. Et Nous le gardons contre tout diable ennemi. Si l'un d'eux cherche à en voler l'écoute, un bolide fulgurant alors le poursuit."

Sourate 37.6-10 :
"Nous avons décoré le ciel le plus proche d'un ornement d'étoiles afin de le protéger contre tout démon rebelle. Les démons ne peuvent écouter les Chefs suprêmes, car ils sont harcelés de tous côtés ; ils sont repoussés ; ils subiront un châtiment éternel à moins que l'un d'eux ne saisisse au vol quelque chose ; mais il serait alors atteint par un bolide flamboyant"

Sourate 67, 65 :
"Oui. Nous avons effectivement embelli le ciel le plus proche avec des lampes (les étoiles) dont Nous avons fait des projectiles pour lapider des diables et Nous leurs avons préparé le châtiment de la Fournaise."

Sourate 72, 8-9 :
"Oui, et nous avions touché au ciel, puis nous l'avions trouvé plein d'une forte garde et de bolides, et nous y prenions siège, aux places assises, à l'écoute. Mais quiconque prête l'oreille maintenant trouve contre lui un bolide aux aguets."

Mais croire que les étoiles filantes sont des projectiles lancés contre les diables est vraiment une idée trés primitive et pas du tout scientifique. Cela fait du Coran un ouvrage vraiment naîf et obscurantiste !



Certains Musulmans prétendent que la sourate 51, 47 décrit le Big Bang et l'expansion de l'univers :

"Le ciel, Nous (Allah) l'avons construit par Notre puissance et Nous l'élargissons."

Mais cette expression n'est pas propre au Coran puisqu'on en retrouve une semblable dans le Bible :

Job 9, 8 :
"Seul, il étend les cieux, Il marche sur les hauteurs de la mer."

Esaïe 42, 5 :
"Ainsi a dit le Dieu Fort, l'Eternel, qui a créé les cieux, et les a étendus ..."

Certains font cependant remarquer que le Coran ne dit pas LES cieux" mais "LE ciel". Ce ne sont donc pas les septs cieux qui sont élargis par allah mais un seul d'entre eux, celui placé le plus bas.

De plus, dans le Coran, il n'est pas écrit "nouwassi3ou" (="nous l'élargissons / nous sommes son élargisseur") mais "moussi3oun" (="nous avons la capacité, la puissance / nous sommes capables, puissants"). Un Echedda (double consonne) permet de différencier les deux mots.
La vraie traduction devrait donc plutôt être :
"Le ciel, Nous (Allah) l'avons construit par Notre puissance: et Nous sommes puissant."

Il faut donc vraiment forcer le texte pour voir la-dedans une description précise de l'expansion de l'univers !



La sourate 11, 7 croit encore en ce vieux mythe de la terre créée en six jours :

"Et c'est Lui qui a créé les cieux et la terre en six jours ..."

Pourtant tout le monde sait trés bien qu'il a fallu des milliards d'années pour que le monde devienne ce qu'il est.



Certains Musulmans prétendent que le Coran décrit l'immobilité des montagnes, celles-ci stabilisant les continents emportés par la tectonique des plaques :

Sourate 16, 15 :
"Et Il a implanté des montagnes immobiles dans la terre afin qu'elle ne branle pas en vous emportant avec elle de même que des rivières et des sentiers, pour que vous vous guidiez,"

Sourate 21, 31 :
"Et Nous avons placé des montagnes fermes dans la terre, afin qu'elle ne s'ébranle pas. Et Nous y avons placé des défilés servant de chemins afin qu'ils se guident."

Sourate 31.10 :
"I1 a créé les cieux sans piliers que vous puissiez voir ; et II a enfoncé des montagnes dans la terre, sinon elle aurait bougé et vous avec... "

Sourate 78, 6-7 :
"N'avons-Nous pas fait de la terre une couche ? Et mis les montagnes comme des piquets de tente (pour la fixer) ?"

Il est pourtant difficile de dire plus faux. La tectonique des plaques indique que les montagnes ne sont pas immobiles : elles se déplacent avec la dérive des continents. Les montagnes sont même créées par les plaques tectoniques qui se heurtent. Elles ne fixent donc pas les continents.



La sourate 18, 86 prétend que le soleil se souche dans l'eau :

"Et quand il eut atteint le Couchant, il trouva que le soleil se couchait dans une source boueuse , et, après d'elle il trouva une peuplade impie. Nous dîmes : ô Zul-Qarnayn, ou tu les châties, ou tu uses de bienveillance à leur égard."

Il s'agit là d'une croyance très primitive. Si le soleil se couche dans l'eau, cela indique que la terre est plate et que le soleil se déplace au-dessus d'elle ... et même qu'il plonge dans la mer en fin de course ! Nous savons pourtant bien que c'est la terre qui tourne autour du Soleil et donc que celui-ci ne se souche nulle part !



Certains Musulmans prétendent que la sourate 39, 5 indique que la Terre est ronde :

"Il a créé les cieux et la terre en toute vérité. Il enroule la nuit sur le jour et enroule le jour sur la nuit…"

Cependant il s'agit du ciel diurne et du ciel nocturne. Cela ne concerne pas directement la forme de la Terre.
Il s'agit d'enrouler le ciel comme un tapis. Hors un tapis, lorsqu'il est enroulé, a la dorme d'un cylindre et non pas d'un globe (Il est impossible d'enrouler un globe). Et lorsqu'on déroule un tapis, on voit bien que sa forme est plate.
Cette sourate montre donc plutôt que la Terre est considérée comme plate et non pas de forme ronde.

D'autres sourates vont dans le même sens ...

Sourate 15, 20 :
"Et quant à la terre, Nous l'avons étalée et y avons placé des montagnes et y avons fait pousser toute chose harmonieusement proportionnée.

Sourate 71, 19 :
... "et c’est Dieu qui vous a assigné la terre comme tapis."

Sourate 79, 30 :
"... et quand à la terre, en plus de cela il l'a écrasée / roulée comme une pâte."

Sourate 88, 20 :
"... et la terre comme elle est aplatie ?"

Contrairement à ce que prétendent certais, il n’est pas dit "sat’h al ardh" (="surface de la terre"), mais bien "soutihath al ardh" (="la terre a été aplatie").

Tout cela montre bien que le Coran décrit une Terre plate comme un tissus étalé, plate comme un tapis, plate comme de la pâte écrasée. Ce n'est pas du tout scientifique !



Certains disent que, selon le Coran, il existe une barrière invisible séparant deux zones maritimes :

Sourate 25, 53 :
"Et c'est Lui qui donne libre cours aux deux mers : l'une douce, rafraîchissante, l'autre salée, amère. Et Il assigne entre les deux une zone intermédiaire et un barrage infranchissable. "

Sourate 55, 19-21 :
"Dieu a donné libre cours aux deux ondes, pour qu'elles se rencontrent ; comme il y a entre les deux une zone intermédiaire (barrière), elles ne s'en veulent pas. Eh bien, vous deux, lequel des bienfaits de votre Seigneur traiterez-vous de mensonge ?"

Sourate 55, 19-20 :
"Il a donné libre cours aux deux mers pour se rencontrer ; il y a entre elles une barrière qu'elles ne dépassent pas."

Il s'agit peut-être la de la description des fleuves qui se jettent dans la mer . Leur flux avance de plusieurs kilomètres au milieu des eaux salées avant de se mélanger enfin avec elles.
Mais cela n'indique pas un savoir transcendant . N'importe qui pouvait observer que les eaux de certains fleuves ne se mélangent pas immédiatement à la mer : cela se voit à la couleur des eaux.
En outre les deux eaux finissent bien par se mêler, donc il est faux de parler d'une barrière infranchissable.

Il est bien plus probable, cependant, que ces sourates décrivent ici un vieux mythe sémitique qu'on trouvait déjà chez les Babyloniens : La croyance en l'existance de deux réservoirs souterrains distincts, l'un contenant de l'eau douce, l'autre contenant de l'eau salée.


Certains Musulmans prétendent que la sourate 7, 57 expose le cycle de l'eau d'une manière très en avance sur son temps :

"C'est lui (Allah) qui envoie les vents, annonciateurs au-devant de Sa miséricorde. Puis lorsqu'ils portent une nuée lourde, Nous la dirigeons en faveur d'un pays mort, puis Nous en faisons descendre l'eau, puis Nous en faisons sortir toute espèce de fruits. Ainsi ferons-Nous sortir les morts. Peut-être vous rappellerez-vous ?"

Pourtant c'était à la portée du premier venu de constater que le vent poussait les nuages et que la pluie tombait de ces derniers.

Même bien avant, dans Esaïe 55, 9-11, on retrouve le même genre de connaissance :

"Autant les cieux sont élevés au-dessus de la terre, autant mes voies sont élevées au-dessus de vos voies et mes pensées au-dessus de vos pensées. Comme la pluie et la neige descendent des cieux et n'y retourne pas sans avoir arrosé, fécondé la terre et fait germer les plantes, sans avoir donné de la semence au semeur et du pain à celui qui mange, ainsi en est-il de ma parole qui sort de ma bouche : elle ne retourne pas à moi sans effets, sans avoir exécuté ma volonté et accompli avec succès ce pour quoi je l'ai envoyée."




Le Coran croit encore au vieux mythe de la création directe de l'homme à partir de l'argile :

Sourate 6, 2 :
"C'est Lui qui vous a créés d'argile ; puis Il vous a décrété un terme, et il y a un terme fixé auprès de Lui. Pourtant, vous doutez encore !"

Sourate 6, 98 :
"Et c'est Lui qui vous a créés à partir d'un personne unique (Adam). Et il y a une demeure et un lieu de dépôt (pour vous.) Nous avons exposé les preuves pour ceux qui comprennent."

Inutile de préciser que l'on sait très bien maintenant que l'homme n'es pas apparu ainsi.
La génétique montre que l'homme est un parent du chimpanzé. Ils descendent tous les deux d'un ancetre commun.
De plus on a retrouvé le fossile de l'ancètres de l'homme, l'Orrorrin turgenensis, en l'an 2000.




La sourate 13,3 prétend que tous les êtres vivants sont bisexués. :

"C'est Lui qui étendit la terre, qui y éleva les montagnes et forma les fleuves, qui a établi les deux sexes dans tous les êtres produits, qui ordonne à la nuit d’envelopper le jour. Certes, dans tout cela il y a des signes pour ceux qui réfléchissent."

Pourtant c'est faux puisque les bactéries sont asexuées. De plus, chez certains champignons, on trouve bien plus que deux sexes.



La sourate 6, 38 prétend que tous les animaux vivent en communauté :

"Nulle bête marchant sur terre, nul oiseau volant de ses ailes, qui ne soit comme vous en communauté. Nous n'avons rien omis d'écrire dans le Livre. Puis, c'est vers leur Seigneur qu'ils seront ramenés."

Mais c'est faux , on sait bien que de nombreux animaux vivent solitairement.
Et on ne peut pas prétendre que le Coran ne fait que généraliser sans entrer dans les détails. En effet : Il affirme bien "ne rien omettre".


La sourate 16, 66 s'imagine que le lait provient du sang et des excréments :

"Il y a certes un enseignement pour vous dans les bestiaux : Nous vous abreuvons de ce qui est dans leurs ventres, - un produit extrait des excréments et du sang - un lait pur, délicieux pour les buveurs."

Inutile de préciser combien cette croyance est ridicule !




Certains prétendent que le Coran décrit le développement de l'embryon avec une exactitude scientifique ...

Sourate 22, 5 :
"Ho, les gens ! Si vous êtes en doute au sujet de la résurrection, eh bien, c'est Nous qui vous avons créés de poussière, puis de sperme, puis de `alaqa, puis de chair, formée aussi bien qu'informe, - pour tout vous expliquer- et Nous déposons dans les matrices ce que Nous voulons, jusqu'à un terme dénommé ; puis Nous vous faisons sortir bébés pour qu'ensuite vous atteignez vos pleines forces. Tel d'entre vous est achevé ; tel d'entre vous est reconduit jusqu'au plus vil de l'âge de sorte qu'après avoir su il ne sait plus rien."

Sourate 23, 12-14 :
"Et très certainement, Nous avons créé l'homme d'un choix d'argile, puis Nous en avons fait une goutte de sperme, dans un reposoir sûr, puis Nous avons fait du sperme un `alaqa ; puis de cet `alaqa Nous avons créé un mudghah (= "substance machée"); puis du mudghah, Nous avons créé des os ; puis Nous avons couvert ces os de chair. Ensuite ensuite, Nous l'avons transformé en une tout autre créature."

Sourate 40, 67 :
"C'est Lui qui vous a créés de poussière, puis de sperme, puis de `alaqa ; puis Il vous fait sortir bébé pour qu'ensuite vous atteignez vos pleines forces et qu'ensuite vous deveniez vieux, - or tel parmi vous est achevé d'abord - et que vous atteignez un terme dénommé. Et peut-être comprendriez-vous ?"

Sourate 75, 37-39 :
"L'homme n'était-il pas une goutte de sperme, de semence semée ? Et ensuite un `alaqa tel que Dieu l'a créé puis arrangé, puis fait de lui le couple, le mâle et la femelle ?"

Sourate 96, 1-2 :
"Lis, par le nom de ton Seigneur qui a créé, qui a créé l'homme d'un `alaq..."

Le mot "'alaqa" est en général traduit par "grumeau de sang" ou "caillot de sang". Il est pourtant évident qu'à aucun de ses stades l'embryon n'est un grumeau de sang.

Certains ont alors traduit ce mot par "sangsue", prétendant qu'au début l'embryon ressemblerait, effectivement, à une petite sangsue. Cependant on remarquera que l'embryon humain ne possède alors pas de forme vraiment spécifique : il ressemble à n'importe quel autre embryon animal ou à n'importe quel être vermiforme primitif. Alors pourquoi le comparer à une sangsue plutôt qu'à un autre animal ? De plus les sourates ne disent pas qu'il RESSEMBLE à un 'alaqa mais qu'il EST un 'alaqa. Et le mot 'alaqa semble même plus exactement désigner la MATIERE dont il est constitué. Hors on ne peut certainement pas dire que l'embryon humain SOIT une sangsue, ni qu'il soit CONSTITUE de sangsue !

D'autres ont alors prétendu que 'alaqa signifie "être accroché, être suspendu, coller, adhérer, pendre, être attaché." Un 'alaqa serait donc une "adhérence", une "chose qui adhère" à l'utérus. Cependant aucun texte arabe n'a jamais utilisé ce mot avec ce sens.

De plus, les sourates ne décrivent pas correctement la chronologie du développement de l'embryon : Contrairement à ce qu'elles prétendent, les os apparaissent APRES la chair, et non pas AVANT. De plus à aucun stade on ne peut dire que l'embryon soit une "goutte de sperme". C'est la une description qui montre l'ignorance totale du rôle de l'ovule. Et à aucun stade non plus l'embryon ne ressemble à une "substance machée".

On remarquera d'ailleurs que, dans le Coran, la description du développement embryonnaire ressemble énormément (avec les mêmes erreurs) à celle qu'on retrouve dans les ouvrages du médecin grec Galien (antérieur à Mahomet).
Voici ce que Galien écrivait sur ce sujet :

"Mais reprenons à nouveau la description à la première formation de l'animal, et afin de rendre notre description ordonnée et claire, divisons la création du fœtus en quatre périodes de temps. La première est celle dans laquelle, comme nous le voyons dans les avortements et les dissections, la forme du sperme a le dessus. A ce stade, même Hippocrate le merveilleux n'appelle pas la forme de l'animal un fœtus, comme nous l'avons entendu dans le cas du sperme vidé au sixième jour, il l'appelle toujours du SPERME.
Mais quand il a été empli de SANG, et que le cœur, le cerveau et le foie sont toujours inarticulés et informes, mais ont dès lors une certaine solidarité et une taille respectable, c'est la deuxième période ; la substance du fœtus a la forme de la chair et plus la forme du sperme. En conséquence, vous verriez qu'Hippocrate n'appelle plus cette forme 'sperme' mais, comme il a été dit, 'fœtus'.
La troisième période suit lorsque, comme il a été dit, il est possible de voir les trois parties principales clairement comme une sorte de détour, une silhouette en quelque sorte, de toutes les autres parties. Vous verrez la conformation des trois parties principales plus clairement, celle des parties de l'estomac plus faiblement, et bien plus, celle des membres. Plus tard ils forment des 'brindilles', comme le dit Hippocrate, indiquant par ce terme leur similarité avec des branches.
La quatrième et dernière période est au stade où toutes les parties des membres ont été différentiées, et à ce stade Hippocrate le merveilleux n'appelle plus le fœtus un embryon mais déjà un enfant ; ainsi lorsqu'il dit qu'il tressaute et bouge comme un animal déjà entièrement formé…(correspondant à la nouvelle création) Le temps est venu pour la nature d'articuler les organes précisément et d'amener toutes les parties à la formation finale. Ainsi elle FAIT CROITRE LA CHAIR SUR ET AUTOUR DES OS, et en même temps… elle crée à l'extrémité des os des ligaments qui les lient les uns aux autres,. Et sur toute leur longueur elle place autour d'eux de fines membranes appelées periostéales sur lesquelles elle fait croître la chair."

Conclusion : Le Coran n'a fait que plagier les livres de Galien. C'est pourquoi il contient des faits totalement dépassés par la science moderne.



Et on retrouve les mêmes plagiats dans les hadiths ...
Le Hadith 469 de Sahih Muslim dit :

"D'après Oûmm Sulaim, J'interrogeai l'Envoyé d'Allah de ce que la femme doit faire si elle voit un songe érotique, tout comme l'homme. Si elle éjacule, répondit le Prophète, elle devra se laver. Eprouvant un peu de honte, je demandai au Prophète: Est-ce que la femme éjacule ? Oui, répliqua le Prophète, sinon grâce à quoi son enfant lui ressemblerait-il ? Le liquide émis par l'homme le sperme est épais et blanchâtre, tandis que celui de la femme est fluide et jaunâtre. La ressemblance (de l'enfant) dépend alors de celui des deux liquides qui atteint l'utérus le premier ."

Ceci recopie simplement la croyance fausse d’Hippocrate qui veut que les hommes produisent du sperme mâle et les femmes produisent du sperme femelle :

Hippocrate p.320, 1 :
"...les partenaires contiennent de même le sperme masculin et femelle. Voici un point: si le produit des deux partenaires est un sperme plus fort alors, un mâle est le résultat, tandis que si ils produisent une forme faible, alors une femelle est le résultat. Mais si un partenaire produit un genre de sperme, et l'autre un autre alors le sexe résultant est déterminé par celui qui règne par la quantité. En supposant que le sperme faible est beaucoup plus grand dans sa quantité que celle du sperme plus fort : alors le sperme plus fort est accablé et, étant mélangé au faible, a comme conséquence une femelle. Si au contraire le sperme fort est plus grand dans sa quantité que le faible, alors le faible est accablé, il a comme conséquence un masculin "



Conclusion :
Le Coran ne dépasse pas les connaissances scientifiques (trés faibles) que pouvaient avoir les Arabes à l'époque de Mahomet.

Et les Musulmans ont tort de torturer le texte du Coran pour lui faire dire ce qu'il ne dit pas.
En effet : Il est vain de chercher à interpréter les sourates de manière compliquée car le Coran est un texte très simple qui ne possède aucun sens caché. C'est lui-même qui l'affirme :

Sourate 6, 114 :
"Chercherai-je un autre juge que Dieu ? C'est Lui qui fait descendre sur vous le Livre pleinement explicite."

Sourate 16, 89 :
"... Et Nous avons fait descendre sur toi le Livre, comme un exposé explicite de toute chose, ainsi qu'un guide, une grâce et une bonne annonce aux Musulmans."

Sourate 18, 1 :
"Louange à Dieu qui a fait descendre sur Son serviteur, le Livre, et n'y a point introduit d'ambiguïté."

Sourate 41, 3 :
"Un Livre dont les versets sont détaillés et clairement exposés, un Coran arabe pour des gens qui savent."



Non seulement le Coran ne contient pas de connaissances scientifiques supérieures à celles des contemporains de Mahomet, non seulement le Coran renferme même de nombreuses erreurs scientifiques, mais en plus il contient également de nombreuses erreurs historiques. Ainsi par exemples



Le Coran, dans la sourate 9, 30, s'imagine que les Juifs croient qu'Uzayr (Ezra) est le fils de Dieu :

"Les Juifs disent : Uzayr est fils d'Allah› et les Chrétiens disent : Le Christ est fils d'Allah. Telle est leur parole provenant de leurs bouches. Ils imitent le dire des mécréants avant eux. Qu'Allah les anéantisse ! Comment peuvent-ils s'écarter ainsi de la vérité ?"

Cependant aucun juif n'a jamais prétendu ça, ce n'est pour eux qu'un prophète parmi d'autres. Alors d'où vient cette croyance coranique ?




Le Coran, dans la sourate 5,116, semble prétendre que Marie est une déesse pour les Chrétiens, et qu'elle fait partie de la Trinité :
"... Ô Jésus, fils de Marie, est-ce toi qui as dit aux gens : 'Prenez-moi, ainsi que ma mère, pour deux divinités en dehors d'Allah ?' ..."
Cela est absurde et certains pensent que le Coran a été influencés par une secte marianiste d'Arabie qui divinisait Marie : Les Collyridiens.
Il est possible aussi qu'on décèle ici l'influence des sectes judéo-chrétiennes (Nazaréens, Ebionites, etc...) sur le Coran. En effet, pour ces sectes, le Saint-Esprit était une entité féminine. On l'identifiait même parfois comme étant la mère spirituelle de Jésus, sa mère matérielle étant Marie.





Le Coran, dans la sourate 19, 27-28, confond la vierge Marie avec Myriam, soeur de Moïse :

"Puis elle vint auprès des siens en le portant le bébé (Jésus). Ils dirent : O Marie, tu as fait une chose monstrueuse ! Soeur de Haroun, ton père n'était pas un homme de mal et ta mère n'était pas une prostituée."

Ce Haroun (Aaron) était le frêre de Moïse et cette Marie était donc la soeur de Moîse ainsi que le démontrent ces passages de l'Ancien Testament :

Exode 15, 20 :
"Marie, la prophétesse, soeur d'Aaron, prit à la main un tambourin, et toutes les femmes vinrent après elle, avec des tambourins et en dansant."

Nombres 26, 59 :
"Le nom de la femme d'Amram était Jokébed, fille de Lévi, laquelle naquit à Lévi, en Égypte; elle enfanta à Amram : Aaron, Moïse, et Marie leur soeur."

La Marie citée dans cette sourate du Coran était donc la soeur de Moîse et d'Aaron et n'avait donc rien à voir avec la Marie mère de Jésus.

Cette confusion coranique est confirmée par la sourate 66, 12 :

"De même, Marie, la fille d'Imran qui avait préservé sa virginité; Nous y insufflâmes alors de Notre Esprit (Jésus). Elle avait déclaré véridiques les paroles de son Seigneur ainsi que Ses Livres : elle fut parmi les dévoués."

Cet Imran est en fait Amram, le père de la Marie soeur d'Aaron et Moîse (et non pas de la Marie mère de Jésus) ainsi que nous l'avons vu dans Nombre 25, 59.

La confusion du Coran au sujet du personnage de Marie, mère de Jésus, et Marie, soeur de Moïse et d'Aaron, est donc totale.
Certains musulmans essaient de résoudre cette erreur en prétendant que "Soeur de Haroun" signifie "Descendante de Haroun". Mais c'est faux : en arabe "soeur" n'est jamais un synonyme de "descendante". C'est seulement "FILLE de Haroun" qui aurait pu avoir ce double sens.

Pour se tirer de leur embarras, certains musulmans ont donc inventé un hadith ad-hoc prétendant que les anciens Arabes pouvaient interpeller une personne en lui donnant le nom d'un de ses ancêtres célèbre. Pourtant on ne trouve nulle part la moindre trace de cette coutume.





Le Coran, dans la sourate 2, 249-251, confond le combat de Gédéon contre Madian avec celui de David contre Goliath :

"Puis au moment de partir avec les troupes, Talout (Saûl ou Gédéon) dit : Voici : Allah va vous éprouver par une rivière : quiconque y boira ne sera plus des miens; et quiconque n'y goûtera pas sera des miens; - passe pour celui qui y puisera un coup dans le creux de sa main. Ils en burent, sauf un petit nombre d'entre eux. Puis, lorsqu'ils l'eurent traversée, lui et ceux des croyants qui l'accompagnaient, ils dirent : Nous voilà sans force aujourd'hui contre Jalouth (Goliath) et ses troupes ! Ceux qui étaient convaincus qu'ils auront à rencontrer Allah dirent : Combien de fois une troupe peu nombreuse a, par la grâce d'Allah, vaincu une troupe très nombreuse ! Et Allah est avec les endurants.
Et quand ils affrontèrent Goliath et ses troupes, ils dirent : Seigneur ! Déverse sur nous l'endurance, affermis nos pas et donne-nous la victoire sur ce peuple infidèle.
Ils les mirent en déroute, par la grâce d'Allah. Et Dawoud (David) tua Jalouth (Goliath); et Allah lui donna la royauté et la sagesse, et lui enseigna ce qu'Il voulut."

Que l'on compare avec la version écrite dans Juges 7, 5-7 :

"Et il fit descendre le peuple vers l’eau. Et l’Éternel dit à Gédéon : Quiconque lapera l’eau avec sa langue, comme lape le chien, tu le mettras à part, et aussi tous ceux qui se courberont sur leurs genoux pour boire.
Et le nombre de ceux qui lapèrent dans leur main en la portant à leur bouche, fut de trois cents hommes ; et tout le reste du peuple se courba sur ses genoux pour boire l’eau.
Et l’Éternel dit à Gédéon : Par les trois cents hommes qui ont lapé je vous sauverai, et je livrerai Madian en ta main ; mais que tout le peuple s’en aille, chacun en son lieu."




Le Coran, dans la sourate 28, 8, croit que Hamam était le ministre du Pharaon de l'exode :
"Les gens de Pharaon le recueillirent (Moïse), pour qu'il leur soit un ennemi et une source d'affliction ! Pharaon, Haman et leurs soldats étaient fautifs."

Cependant on voit, dans le Livre d'Eshter, que Hamam vivait bien plus tard : Il était le ministre du roi perse Assuérius (Artaxerxes I ?)



Le Coran dit-il que Pharaon a été noyé ou qu'il a été sauvé ?

La sourate 17, 103 dit :

"Pharaon voulut donc les expulser du pays. Alors Nous les noyâmes tous, lui et ceux qui étaient avec lui;"

La sourate 28, 40 ajoute :

"Nous le saisîmes donc, ainsi que ses soldats, et les jetâmes dans le flot. Regarde donc ce qu'il est devenu des injustes."

Mais le sourate 10, 90 donne une version contradictoire :

"Et Nous fîmes traverser la mer aux Enfants d'Israël. Pharaon et ses armées les poursuivirent avec acharnement et inimité. Puis, quand la noyade l'eut atteint. il dit : Je crois qu'il n'y a d'autre divinité que Celui en qui ont cru les enfants d'Israël. Et je suis nombre des soumis. Allah dit : Maintenant ? Alors qu'auparavant tu as désobéi et que tu as été du nombre des corrupteurs ! Nous allons aujourd'hui épargner ton corps, afin que tu deviennes un signe à tes successeurs. Cependant beaucoup de gens ne prêtent aucune attention à Nos signes d'avertissement."

Pourtant il ne devrait pas y avoir de contradictions dans le Coran, car la sourate 4, 82 explique ceci :

"Ne méditent-ils donc pas sur le Coran ? Si celui-ci venait d'un autre qu'Allah, on y touverait sûrement une abondance de contradictions !"

Certains musulmans essaient alors de résoudre cette contradiction en prétendant que Pharaon a bien été noyé mais que c'est seulement son cadavre qui a été sauvé de l'eau. Ca ressemble très fort à une explication ad-hoc.



Le Coran, dans la sourate 29, 13-14, croit que Noé a vécu 950 ans avant le déluge :

"Et en effet, Nous avons envoyé Noé vers son peuple. Il demeura parmi eux mille ans moins cinquante années. Puis le déluge les emporta alors qu'ils étaient injustes."

En fait ces 950 ans correspondent à l'âge qu'avait Noé lorsqu'il est mort , selon la Genèse 9, 29 :

"Tous les jours de Noé furent de neuf cent cinquante ans; puis il mourut."



Dans le Coran, la sourate 18, 94-100 parle de Zul-Qarnayn / Dhoul'Qarneïn (Alexandre le grand) comme s'il était un musulman (ou du moins un suivant du Dieu unique) :

"Ils dirent : O Zul-Qarnayn, les Yajujs et les Majujs (Gog et Magog) commettent du désordre sur terre. Est-ce que nous pourrons t'accorder un tribut pour construire une barrière entre eux et nous ? "
Il dit : Ce que Mon Seigneur m'a conféré vaut mieux que vos dons. Aidez-moi donc avec force et je construirai un remblai entre vous et eux.
Apportez-moi des blocs de fer. Puis, lorsqu'il en eut comblé l'espace entre les deux montagnes, il dit : Soufflez ! Puis, lorsqu'il l'eut rendu une fournaise, il dit : Apportez-moi du cuivre fondu, que je le déverse dessus.
Ainsi, ils ne purent guère l'escalader ni l'ébrécher non plus.
Il dit : C'est une miséricorde de la part de mon Seigneur. Mais, lorsque la promesse de mon Seigneur viendra, Il le nivellera. Et la promesse de mon Seigneur est vérité".
Nous les laisserons, ce jour-là, déferler comme les flots les uns sur les autres, et on soufflera dans la Trompe et Nous les rassemblerons tous.
Et ce jour-là Nous présenterons de près l'Enfer aux mécréants,..."

Pourtant tout le monde sait bien qu'Alexandre le grand était un Grec polythéiste. Il prétendait même être le fils du dieu Zeus et d'une mortelle !

En fait le Coran n'a fait que recopier le "Roman d'Alexandre" du Pseudo-Callisthène, un ouvrage racontant plein d'histoires imaginaires et fantastiques sur Alexandre et qui le présentait comme un monothéiste :

"... Et j'ai pensé à des moyens de les empêcher de sortir de ces grandes montagnes dans lesquelles ils s’étaient rendus. L’espace entre les grandes montagnes était de 46 aunes royales. A nouveau, de tout mon coeur j'ai prié la déité exaltée, et il a entendu ma prière. Et la déité exaltée a commandé aux deux montagnes et elles se sont déplacées et se sont rapprochées jusqu’à une distance de douze aunes et là j'ai fait des portes de cuivre larges de 12 aunes, et de 60 aunes de haut, et les ai enduites en dedans et en dehors de sorte que ni le feu ni le fer, ni aucun autre moyen ne devraient pouvoir détacher le cuivre ; puisque le feu s’éteindrait contre lui et que le fer se briserait. Dans ces portes, j'ai fait une autre construction de pierres, dont chacune était large de onze aunes, haute de 20 aunes, et profonde de 60 aunes. Et après avoir fait ceci j'ai fini la construction en appliquant un mélange d'étain sur les pierres (...) de sorte que personne ne puisse rien entreprendre contre les portes. Je les ai appelées les portes caspiennes. J’y ai enfermé Vingt-deux Rois ..."




Le Coran, dans la sourate 21, 68-71, croit que Dieu a sauvé Ibrahim (Abraham) du brasier ou le roi Nemrod l'avait jeté :

"Il dirent : Brûlez-le (Ibrahim / Abraham). Secourez vos divinités si vous voulez faire quelque chose.
Nous dîmes : O feu, sois pour Ibrahim une fraîcheur salutaire.
Ils voulaient ruser contre lui, mais ce sont eux que Nous rendîmes les plus grands perdants.
Et Nous le sauvâmes, ainsi que Lot, vers une terre que Nous avions bénie pour tout l'univers."

Mais cette histoire d'Abraham sauvé d'un brasier n'est qu'une copie du Midrash Genèse Rabba chapitre 38 :

"... Alors Nemrod lui dit : Tu (Abraham) parles bien. Mais moi je ne me prosterne que devant le feu, alors je te jetterai dans le feu et que ton Dieu vienne te sauver. Là se trouvait Haran (frère d'Abraham) qui était dans le doute. Il se dit : de deux choses l'une, si c'est Abraham qui triomphe, je serai du côté d'Abraham, si c'est Nemrod qui triomphe, je serai du côté de Nemrod. Lorsque Abraham sortit indemne de la fournaise, on demanda à Haran : De quel côté es-tu ? Il répondit : Du côté d'Abraham."

Et toute cette fable est construite sur la base d'un malentendu, une erreur de traduction.
Dans la Bible, dans Genèse 11, 31, il était écrit seulement qu' Abraham est sorti de la ville d'Ur en Chaldée :

"... Et Térakh prit Abram son fils, et Lot, fils de Haran, fils de son fils, et Saraï, sa belle-fille, femme d’Abram, son fils ; et ils sortirent ensemble d’Ur des Chaldéens pour aller au pays de Canaan ; et ils vinrent jusqu’à Charan, et habitèrent là."

Un mauvais traducteur a confondu "UR" (qui est le nom de la ville) par "OR" (qui signifie "feu"). "Sorti de UR en Chaldée" est donc devenu "Sorti du FEU en Chaldée."
Cette déformation a donc entrainé la création d'une légende où l'on voit le roi Nemrod de Chaldée faire jeter Abraham dans un brasier. Et le Coran n'a fait que recopier bêtement cette erreur.



Conclusion, dans son état actuel, le Coran ne montre aucune trace de connaissances transcendantes. Il affiche même une grande ignorance et une forte tendance à plagier les autres livres de son époque. mais cela ne suffit pas pour le faire passer pour un ouvrage très intelligent.



04/01/2013
0 Poster un commentaire