Apostat Kabyle AK

France : Délinquence et Djihad sont synonymes.

 

Dans les décennies 1980/1990, on a cru avoir trouvé la panacée universelle face à la délinquence dans les banlieues pourries de France: les biens-pensants on été tout contents quand des imams sont venus installer leurs fonds de commerce à propagande dans les "quartiers", avec ces beaux slogans: "la religion au service de la cité", "la religion pour stopper la délinquence". Vous allez voir ce que vous allez voir, les religieux vont vous ramener tout ce beau monde dans le droit chemin. Aujourd'hui, on voit que cette débauche de bons et beaux sentiments a porté ses fruits et que le travail a été rondement mené. Les barres HLM abritent des Merah par centaines, peut-être par milliers, on y trouve plus d'armes que dans un pays en guerre et plus de drogue qu'en Colombie. Nos bien-pensants font semblant de ne rien voir, même quand des Pompiers sont attirés dans des guet-apens, juste pour que ces braves jeunes désoeuvrés puissent passer un bon moment. Et comble de bêtise et de lâcheté, quand arrive un drame, et il en arrive de plus en plus souvent, on invite Dalil Boubeker sur les plateaux télé pour nous expliquer, à nous pauvres idiots qui n'avons rien compris à la religion de paix, d'amour et de tolérance, qu'il n'y a surtout pas à faire d'amalgame? Donnez-nous d'abord les garanties qui nous permettraient de lever le doute à votre sujet et donc de ne plus jamais parler d'amalgame!
Oui, Dalil Boubeker n'est qu'un djihadiste cravaté. Il ne fait pas partie de ces djihadistes qui se teignent la barbichette au henné à l'exemple du "prophète" mais c'est un djihadiste. Tout comme l'était aussi son père, Hamza Boubekeur qui, déjà dans les années 1960, disait que sa mission en France était d'abord de convertir, encore convertir. Mais comme Dalil a une belle cravate et qu'il a un beau verbe, il est présentable et fréquentable! Il a moins d'éloquence que ses frères de djihad Hani et Tariq Ramadan ou Malek Chebel, mais sa cravate passe bien à l'écran. Une cravate et un sourire pour bien cacher la taqiya. Seulement, beaucoup ont découvert la supercherie et du coup, on en arrive à soupçonner même ceux d'entre eux, comme l'imam Chalghoumi, qui semblent sincères et qui ont fait leur mea-culpa. C'est vrai que Chalgoumi est un cas à part et je crois bien unique! Il résume tout le problème de la crédibilité de l'islam: en ayant tenu des discours de paix et de tolérance, en ayant parlé de la Shoah et en voulant rechercher un vrai dialogue avec les juifs et avec Israël, il est devenu paria de l'islam. Même ses ouailles disent de lui qu'il est trop "politique" et, du coup, il vit sous la menace de mort de ses coreligionaires.

On est donc arrivé à cette situation où les hommes politiques et les journalistes nous rejouent cette scène de "Rhinicéros" d'Eugène Ionesco, dans laquelle les personnages ne se préoccupent pas de savoir pourquoi un animal de cette taille se ballade librement dans leur petite ville. Ce qui les interesse, c'est de savoir si c'est un rhinocéros d'Afrique ou d'Asie, si c'est un rhinocéros à deux cornes ou un rhinocéros unicorne. C'est de savoir si c'est un "islamiste modéré" ou un "musulman extrémiste" !!! Visionnaire Ionesco, qui a écrit cette pièce face à la montée du nazisme mais qu'on transpose aisément à l'islam, tant les deux idéologies se ressemblent.

Il a fallu attendre l'année 2008 et un article du "Washington Post" pour que les médias français daignent lever bien timidement un des tabous qui musèlent la parole des Français: la surreprésentation des musulmans dans les prisons.
//www.lemonde.fr/societe/article/2008/04/29/en-france-les-detenus-musulmans-sont-surrepresentes-selon-le-washington-post_1039616_3224.html

Depuis, la situation n'a pas été en s'améliorant, bien au contraire. Les faits sont devenus tellements évidents et répétitifs qu'ils ne peuvent plus être cachés ou niés: la prison est le creuset de ce qu'on continue d'appeler "l'islamisme radical". Notez bien que la population carcérale musulmane est composée "d'islamistes radicaux". Jamais de musulmans ordinaires. Ces gens, de bons pacifistes et de parfaits altruistes, sont bien incapables d'actes malveillants, incapables de faire du mal à une mouche. Sauf bien sûr au moment de l'Aïd el-Kébir. 
//www.lefigaro.fr/actualite-france/2012/10/08/01016-20121008ARTFIG00689-la-prison-creuset-de-l-islamisme-radical.php

Délinquence et islam sont devenus synonymes au point qu'on soit ainsi logiquement arrivé à cette situation: une très grande majorité des personnes recherchées, auteurs présumés, porte des prénoms musulmans.
//www.avisderecherches.interieur.gouv.fr/personnes1.asp?T=R

Et on en trouvera encore, de ces bien-pensants moralisateurs, pour nous dire qu'il ne faut pas chercher de liens de cette nature, que ce n'est pas bien monsieur le raciste! Que certaines vérités ne sont pas bonne à dire. Même si je n'évoque jamais le mot race, même si je n'y fais nullement allusion, nulle part, je suis raciste, juste parce que j'ai l'insolence et l'audace de critiquer cette belle religion d'amour, de tolérance et de paix.

Le résultat de ces décennies où l'Etat n'a pas du tout fait son travail, et dans tous les domaines, il est là, aujourd'hui. Tous ces voyous dangereux, dégénérés et abrutis par l'islam, se croient investis d'une mission divine: conquérir l'Occident. Ils pensent d'ailleurs bientôt y arriver, bientôt instaurer leur charia. C'est pour cette raison qu'ils sortent de leurs trous et se dévoilent, en multipliant les esbrouffes, les outrances, les agressions antisémites et antiblancs.
//www.youtube.com/watch?v=aNtQjHbgrBw
(Entre 1:32 et 1:36: "Hé, tranquille, cousin, on est dix million, en France, ça y est. On est dix millions, dans vingt ans on sera 30 millions, ça y est."  Très révélateur).


Ils sont finalement très naïfs, de croire à une victoire aussi facile, de penser qu'ils sont entrés dans le Dar el-Harb, la Maison de la Guerre, et que bientôt l'Europe se transformera en Dar el-Islam. Très grossière erreur, tout ne fait que commencer !


09/10/2012
0 Poster un commentaire