Apostat Kabyle AK

Espagne: "Bientôt, les musulmans seront les rois du monde"

Vers une nouvelle islamisation de l'Espagne, qui a déja connu 8 siècles de domination musulmane mais qui semble l'avoir effacé de sa mémoire collective. Une Espagne en route vers sa dhimmisation.

  

par Soeren Kern - 21 Juin 21 2013 à 05:00 - //www.gatestoneinstitute.org/3780/spain-muslims-kings#.UcXM9PqIl6E.wordpress

 

Alors que les musulmans espagnols sont occupés à essayer d'islamiser l'Espagne, les politiciens espagnols sont occupés à enlever toutes les références au christianisme du discours public ... L'exigence qui sera inscrite dans le code juridique de l'Espagne représente un empiètement sans précédent de la loi islamique (la Charia) au sein de la jurisprudence espagnole.

  

La liste impressionannte des faits qui font penser que la nouvelle islamisation de l'Espagne est en route:

  

 

La police espagnole a arrêté un immigré musulman à Majorque après qu'il ait prétendu avoir été envoyé par Allah pour "tuer tous les Espagnols".

L'arrestation fait suite à une série d'autres incidents liés à l'islam au cours des dernières semaines et mois qui reflètent le défi que l'islam radical fait peser sur l'Espagne.

Dans le dernier incident en date, la police de l'île méditerranéenne de Majorque a arrêté un ressortissant allemand d'origine tunisienne, le 13 Juin, après qu'il ait menacé à plusieurs reprises de mener des attaques terroristes au nom d'Allah.

Selon les autorités espagnoles, l'homme a fait des menaces de mort constantes et des références à sa religion musulmane et il a averti: "Je ne me préoccupe pas de mourir; si je dois mourir, je mourrai, mais je vais en emmener beaucoup d'autres avec moi". L'homme a menacé de faire exploser une académie de coiffure dans la capitale majorquine de Palma et de "tuer tout le monde".

  

Attentat de Madrid, 11 mars 2004

 

L'homme a dit qu'il avait des "amis terroristes qui pourraient poser des bombes" et a averti que "bientôt les musulmans seront les rois du monde."

La police espagnole a dit que  l'homme - qui avait déjà été arrêté le 15 Février pour avoir menacé de tuer un policier local - s'est radicalisé après avoir visité la Tunisie en 2012.

  

Le 12 Juin, la police de Barcelone a arrêté cinq djihadistes tunisiens pour "incitation au terrorisme islamiste" après qu'ils aient partagé sur les réseaux sociaux plus de 400 vidéos des discours des leaders d'Al-Qaïda Oussama ben Laden et Abou Moussab al-Zarqaoui, ainsi que des séquences d'exécutions, des séquences d'attentats terroristes et des tutoriels sur la fabrication de bombes.

Le ministère espagnol de l'Intérieur a déclaré que les individus avaient subi des "forts processus d'auto-radicalisation qui a conduit à embrasser la thèse du jihad salafiste" .

Les arrestations faisaient partie d'une opération baptisée Opération Carthage (Operacion Kartago), qui concrétise une année d'efforts au niveau national, afin de "neutraliser" des soi-disant loups solitaires musulmans ("djihadistes") ainsi que des islamistes de retour de zones de combat et de conflit en Syrie, au Yémen et en Somalie et donc expérimentés au combat .

Peu de temps après ces arrestations, Jorge Fernandez Diaz, le ministre espagnol de l'Intérieur, a annoncé que le gouvernement chercherait à modifier le Code pénal pour que soit qualifié de crime de terrorisme: 

1) le fait de donner ou de recevoir "une formation passive" au moyen de "prosélytisme dans les prisons" pour ceux qui purgent les peines pour les crimes de terrorisme djihadiste, 

et 2) pour les imams à "endoctriner" dans les mosquées ou sur Internet ou en se rendant dans des camps d'entraînement islamistes à l'étranger.

Díaz a déclaré que le changement juridique est nécessaire, car même si la loi espagnole permet déjà de réprimer l'endoctrinement comme un crime de terrorisme, les procureurs ont constaté qu'il était difficile de prouver que ceux qui sont impliqués dans la formation liée au terrorisme sont personnellement engagés à mener des attaques réelles.

Les juges espagnols ont longtemps été accusés d'utiliser le cadre juridique ambigu pour justifier le traitement clément de terroristes présumés. Par exemple, quatre des cinq personnes arrêtées à Barcelone ont été libérés de prison le 14 Juin après qu'un juge ait décidé que leur maintien en détention préventive constituait une peine "excessive".

 

Le 5 Juin, la police de Barcelone a arrêté un immigrant pakistanais qui avait attaqué le garde du corps d'un politicien local avec une tige métallique. Le politicien en question est Alberto Fernandez Diaz, le chef du parti de centre-droit Parti Populaire de Barcelone qui se trouve également être le frère de Jorge Fernandez Diaz, ministre de l'Intérieur. Le Pakistanais, que la police décrit comme étant un "islamiste radical", criait des chants "à la gloire d'Allah" tout en commettant l'attaque.

 

Le 24 mai, la police de la ville basque de Bilbao a arrêté un immigrant musulman d'Afrique du Nord âgé de 44 ans qui avait violé une jeune fille de 25 ans, travailleuse sociale, et lui a découpé un doigt de pieds. Selon la police locale, l'homme a lié la femme à une chaise et l'a bâillonnée avec un rideau après qu'elle lui a dit qu'il serait expulsé de l'immeuble pour avoir violé le règlement intérieur.

 

Le 10 mai, la police de Gibraltar expulse vers l'Espagne un membre turc d'Al-Qaïda qui est entré  illégalementsur le territoire britannique. Cengiz Yalcin a été arrêté en Espagne en Août 2012, en compagnie de deux Tchétchènes, pour complot dans le but de déposer des explosifs  sur un centre commercial à Gibraltar à partir d'avions télécommandés, pendant les Jeux olympiques de Londres en 2012.

Un raid de la police dans l'appartement de Yalcin en 2012 a permis de saisir assez d'explosifs "pour faire sauter un bus". Le raid a également rapporté trois para-planeurs motorisés et une vidéo dans laquelle Yalcin est filmé en train de faire voler un grand modèle d'avion télécommandé.

Les enquêteurs espagnols ont déclaré qu'ils soupçonnaient la cellule de tester un avion télécommandé comme bombardier potentiel. La séquence vidéo montre l'avion - environ trois mètres, ou neuf pieds de long - manœuvré dans une descente au cours de laquelle deux paquets ont été jetés de ses deux ailes.

Les trois suspects, cependant, ont été discrètement libéré sous caution en Mars 2013, après qu'un juge de Madrid ait décidé que les preuves étaient insuffisantes pour les maintenir en détention.

 

En Avril, il a été révélé que jusqu'à 60% des immigrés marocains en Espagne sont sans emploi et vivent hors de revenus sociaux prodigués par l'Etat-providence espagnol. Selon l'Association des Amis du Maroc (ITRAN) basée à Barcelone, de nombreux Marocains en Espagne ne connaissent pas la langue, bien qu'ils vivent dans ce pays depuis de nombreuses années ... ils ne sont éduqués et qualifiés que pour travailler dans le bâtiment, l'agriculture et les restaurants. Les ghettos s'agrandissent, les différentes administrations se sont rendus coupables de négligence remarquable

 

Toujours en Avril, un groupe islamiste connu sous le nom Fantômes marocains [ Marroquíes fantasmas ] a piraté un site Web du gouvernement local à Huelva, une ville du le sud de la région espagnole d'Andalousie.

Les pirates ont envoyé une image apocalyptique montrant le drapeau espagnol en flammes, avec cette inscription: "C'est en attaquant vos sites que nous allons détruire votre économie". Le texte poursuit: "Vous avez toujours cru que notre silence par rapport à vos erreurs mortelles continuelles vers le Royaume du Maroc et le grand peuple marocain est due à la peur". Le message a continué avec un appel au terrorisme islamique, et a mis en garde l'Europe et l'Espagne qu'ils seront la cible d'une série d'attaques qui se transformeront en "pire cauchemar" pour eux.

Le message comportait également des références innombrable à Al-Andalus, le nom arabe donné à ces parties de l'Espagne, du Portugal et de la France qui ont été occupées par les conquérants musulmans (également connu sous le nom de Maures) entre 711 et 1492.

Beaucoup de musulmans pensent que les territoires qu'ils ont perdu pendant la Reconquista chrétienne de l'Espagne appartiennent toujours à eux, et qu'ils ont le droit de revenir et d'y établir leur domination (1).

 

 

Bien que les musulmans soient occupés à essayer d'islamiser l'Espagne, les politiciens espagnols sont occupés à enlever toutes les références au christianisme du discours public.

 

En mai, le gouvernement socialiste administrant les Asturies, une région du nord de l'Espagne, a adopté une nouvelle loi qui interdit aux écoles d'utiliser des "termes religieux" se référant à Noël et à Pâques.

Dans leur effort pour "éviter d'offenser les sensibilités" des étudiants musulmans , les enseignants et les élèves dans les classes des Asturies vont maintenant se référer à Noël comme "vacances d'hiver" et Pâques comme "deuxième fête de vacances" (2).

 

Le plus grave pour la fin: en Février, l'Espagne s'est piteusement aplatie et a accédé à la demande du gouvernement islamique du Maroc, en acceptant que les enfants marocains adoptés par des familles espagnoles soient élevés dans le contexte culturel et religieux musulman. (3) .

L'accord oblige le gouvernement espagnol à établir un «mécanisme de contrôle» qui permettrait aux autorités religieuses marocaines de surveiller l'éducations et les valeurs inculquées à ces enfants jusqu'à ce qu'ils atteignent l'âge de 18 ans, afin de s'assurer qu'ils ne seront pas convertis au christianisme.

 

L'exigence, qui sera inscrite dans le code juridique de l'Espagne, représente un empiètement sans précédent de la loi islamique, la charia, au sein de la jurisprudence espagnole. L'accord représente également un assaut frontal contre la liberté de religion et de conviction, qui est protégé par l'article 16 de la Constitution espagnole.

 

La décision du ministre de la Justice espagnol Alberto Ruiz-Gallardon de faire que la loi espagnole soit conforme à la loi charia a suscité beaucoup de controverses. Mais il reste à voir si des poursuites s'imposent pour défier ce que certains appellent "l'islamisation" de la jurisprudence espagnole.

 

  

Nota: 

- Comme on le constate partout en Occident, le pouvoir espagnol refuse lui aussi d'appeler un chat un chat et parle de terrorisme, djihadisme, islamisme, en ignorant la vraie nature et les vrais motifs de ces actes: le coran et l'islam.

- Les Autorités espagnoles s'aplatissent devant toutes les revendications musulmanes, au point d'introduire un morceau de charia dans la législation de ce pays. Ce qui ne semble pas tant déranger, on a l'air de trouver normal cet empiètement des règles de l'OCI dans le Droit d'un pays membre de l'UE.

- Le visionnage de cette vidéo est édifiant et donne un aperçu de l'étendue des dégâts. Mais, tout comme en Grande-Bretagne, en Belgique, en Allemagne, en Suède, au Danemark, en Norvège, en France, etc, les Autorités et les médias continuent de carresser la bête immonde dans le sens du poil. 

  

 

 

 

(1) La terre WAQF, c'est-à-dire territoire inaliénable de l'islam, légué directement par allah aux musulmans, "jusqu'au Jugement dernier". C'est le cas aussi d'Israël, et dans cette optique, Eretz Israël 3 fois millénaire est devenue "terre waqf" de laquelle il faut extraire toute présence juive.

(2) De grandes villes d'Europe ont déja adopté le langage "qui ne choque pas les musulmans" en remplaçant les traditionnels "Marché de Noël" par des "Marché d'Hiver" ou encore plus sournoisement "Parfums d'Hiver". C'est le cas notamment de Strasbourg, de Bruxelles (2 symboles) et d'Amiens. Il restera à remplacer le vin chaud tout aussi traditionnel par du thé à la menthe.

(3) Procédure habituelle musulmane, appellée "kafala", qui n'est pas une adoption pléniaire puisqu'elle limite les droits de "l'adopté". L'adoption est interdite en islam depuis que le gourou a fait divorcer son fils adoptif Ziad parceque sa bru Zeineb lui avait tapé dans l'oeil et qu'il a voulu en faire une de ses 11 épouses officielles. 

 



23/06/2013
0 Poster un commentaire