Apostat Kabyle AK

Des femmes contre l'islam Irshad Manji

 

 

Des femmes contre l'islam

Irshad Manji


//noislam.wordpress.com/

Texte plus que jamais d'actualité.

Je suis indignée par l’indignation des intégristes



A Vancouver, où j’ai grandi, j’allais à l’école islamique tous les samedis. On nous y apprenait à nous méfier des juifs, qui adorent « mollah » au lieu d’ »Allah », l’argent au lieu de Dieu. L’instituteur nous décrivait tous les juifs comme des affairistes. Pourtant, mon quartier voyait alors proliférer des commerces asiatiques, avec leurs devantures en mandarin, en cantonais, en japonais, en coréen, en hindi, en pendjabi, et même en ourdou, la langue officielle du Pakistan. Mais pas en hébreu. Ce constat m’a fait douter : et si mon école religieuse, au lieu de m’instruire, était en train de m’endoctriner ?
Cette interrogation est ravivée aujourd’hui, alors que le romancier Salman Rushdie, auteur des Versets sataniques, vient d’être fait chevalier par la reine d’Angleterre. Le ministre pakistanais des affaires religieuses a estimé qu’au vu des provocations littéraires de Rushdie et de ses blasphèmes envers l’islam, il n’y avait rien d’étonnant à ce que les musulmans s’offusquent de son anoblissement et manifestent leur colère par des attentats-suicides. Plusieurs membres du gouvernement pakistanais ont répercuté cette condamnation envers le Royaume-Uni, attisant l’indignation des communautés musulmanes en Europe et en Asie.
En tant que musulmane, en effet, je me sens indignée – par l’absurdité de telles réactions.
Je suis indignée parce que ce n’est pas la première fois que des honneurs décernés par le monde occidental suscitent la haine et la violence. En 1979, Abdus Salam, premier musulman (pakistanais) à recevoir le prix Nobel de physique, avait ouvert son discours de réception par la citation d’un verset du Coran. Alors qu’on aurait pu s’attendre que sa patrie lui rende hommage, des manifestants essayèrent de l’empêcher de revenir au pays et le Parlement alla jusqu’à le déclarer « non musulman » sous prétexte qu’il appartenait à une minorité religieuse. Aujourd’hui encore, son nom reste controversé, et les autorités ne le mentionnent que du bout des lèvres.
Je suis indignée par le nombre de femmes tuées chaque année au Pakistan pour avoir prétendument souillé l’honneur de leur famille, qui excède le nombre de détenus à Guantanamo. Les musulmans ont dénoncé, à bon droit, les sévices infligés aux prisonniers de Guantanamo. Mais qu’en est-il de leur louable indignation quand il s’agit du meurtre de musulmans par d’autres musulmans ?
Je suis indignée quand, en avril 2006, j’entends les mollahs d’une mosquée extrémiste pakistanaise lancer une fatwa contre les accolades. La ministre pakistanaise du tourisme s’était en effet laissé donner l’accolade par son moniteur de parachute, après avoir réussi un saut au profit d’une organisation caritative française destinée à récolter des fonds pour les victimes du séisme qui a frappé le Pakistan en 2005. Les religieux, décrétant que l’accolade entre un homme et une femme constituait « un grave péché », ont demandé sa démission.
Je suis indignée par leur fatwa qui confine les femmes à la maison et les oblige à porter le voile en toutes circonstances. Je suis indignée par la fermeture forcée des commerces de disques et de vidéos. Je suis indignée par la faiblesse du gouvernement qui cède au chantage des fanatiques menaçant de lancer des attentats-suicides s’ils rencontrent la moindre opposition.
Je suis indignée par la mort d’une trentaine de musulmans dans l’attentat organisé à Kaboul par des musulmans, par la mort de quatre-vingts autres aux mains de « rebelles » islamistes, et par le silence du gouvernement pakistanais qui n’a pas fait la moindre déclaration officielle pour déplorer ces attaques visant des coreligionnaires. Je suis indignée de voir que, au milieu de tels massacres fratricides, un athée comme Salman Rushdie puisse se retrouver en haut de la liste des hommes à abattre.
Surtout, je suis indignée par l’attitude de ces nombreux musulmans qui ne semblent eux-mêmes pas suffisamment indignés pour s’opposer massivement à ces ambassadeurs divins autoproclamés. Nous n’avons de cesse de déplorer l’exploitation de l’islam par les intégristes, mais quand l’occasion se présente de répliquer vigoureusement à leurs hurlements, nous nous retranchons dans le mutisme. Entre les clameurs des intégristes et le silence des modérés, quelle voix portera le plus ?
Je sais bien qu’il n’est pas facile de résister à l’intimidation. Au printemps, le monde musulman a encore resserré la vis : à l’initiative du Pakistan, l’Organisation de la conférence islamique a fait pression sur le Conseil des droits de l’homme aux Nations unies pour adopter une résolution contre la « diffamation de la religion ». Concernant spécifiquement l’islam, et non les croyances en général, cette résolution autorise les régimes autoritaires à réprimer toute liberté d’expression en se prévalant de la légitimité d’une instance internationale.
Cependant, le peuple pakistanais arrive parfois à montrer qu’il n’est pas complètement sous la coupe des chefs religieux et politiques. L’an dernier, des groupes citoyens ont contesté un ensemble de lois misogynes en vigueur depuis trois décennies et prétendument fondées sur le Coran. Leurs critiques, respectueuses de la religion, ont incité les mollahs eux-mêmes à admettre que ces lois avaient été établies par les hommes, et non dictées par Dieu.
Tout récemment, les Pakistanais ont amené le gouvernement à lever certaines restrictions sur la presse. Mon livre, traduit en ourdou et téléchargeable sur Internet, connaît d’ailleurs une diffusion spectaculaire, bien que les autorités religieuses en interdisent la commercialisation : car elles ne peuvent empêcher les Pakistanais, ou d’autres musulmans, d’assouvir leur profond désir de débat.
Dans ce contexte, il est grand temps d’en finir avec l’hypocrisie qui gangrène l’islam. Ce n’est pas Salman Rushdie qui pose problème. Ce sont les musulmans.
Salman Rushdie avait vu sa tête mise à prix à 2 millions de dollars. Les enchères sont passées à 2,5 millions, et elles n’ont pas fini de monter. Le gouvernement iranien, principal donateur, assure que c’est là un investissement rentable. Il semblerait que les juifs ne soient pas les seuls à être redoutables en affaires.

Traduit de l’anglais par Myriam Dennehy. LE MONDE | 25.06.07 


30/12/2012
0 Poster un commentaire