Apostat Kabyle AK

Conte égyptien

 
26 décembre 2012. L'annonce a été faite hier, jour de Noël: les résultats officiels du référendum des 15 et 22 décembre sur la Constitution donnent une large victoire aux partisans de la charia.

Traditionnellement, à Noël on raconte de belles histoires aux enfants. Comme on l'imagine, celles que les musulmans racontent à leur enfants ne ressemblent pas aux nôtres.


Voici celle qu'un père égyptien raconte à sa fille et à son fils, et qui explique peut-être pourquoi les partisans d'Allah ont pris le pouvoir pour un bon moment.



Extraits d'un feuilleton égyptien (15 novembre 2005).


La chaîne télévisée saoudienne Iqraa a entrepris de diffuser un feuilleton , de production égyptienne , sur le Prophète Mahomet face aux Juifs de Médine. Au centre de la série se trouve le personnage de Nabtal , un "méchant" Juif qui prépare un plan en quatre temps pour éliminer l'islam.


Le méchant Juif: le pire ennemi des musulmans

Jeune fille: Quelle histoire tu nous racontes aujourd'hui , papa ?
Le père: L'histoire d'un homme dont le Prophète a dit: 'Que celui qui veut regarder le Diable regarde Nabtal !'
Jeune garçon: Dieu nous en préserve ! Qui est cet homme , papa ?
Le père: Un Juif du nom de Nabtal , Nabtal ben Al-Harith. C'était un homme mauvais et malveillant. C'était le pire ennemi des musulmans  ; il n'épargnait aucun effort pour leur faire du mal et comploter contre eux.
 
Nouvelle séquence: Nabtal , un Juif barbu d'âge moyen et à l'air peu avenant , en robe et calotte à bout pointu , pénètre à tâtons dans la chambre à coucher de sa mère , une femme âgée , pendant son sommeil , et tente de s'emparer de l'argent contenu dans son coffre fort. La mère se réveille.
 
La mère de Nabtal: Que fais-tu avec mon coffre ?
Nabtal: Rien du tout , maman.
La mère: Alors pourquoi l'as-tu ouvert ?
Nabtal: La vérité est que…
La mère: Tu voulais voler mon bien , voleur !
Nabtal: Je ne suis pas un voleur. Ce coffre est à moi , et il n'est pas possible de voler son propre argent.
La mère: Pauvre misérable , puisses-tu mourir ! Le plus tôt sera le mieux.
Nabtal: Mère , tu voudrais que je meure , alors que tu n'as personne à part moi ?
La mère: Oui , car tu veux voler mon bien , comme toujours.
Nabtal: Mère , pourquoi es-tu si cruelle avec moi , ton fils unique ?
La mère: Tous les fils font des dons à leurs mères , alors que tu ne sais que prendre , sans jamais rien donner.
Nabtal: Sais-tu comment je dépense cet argent ?
La mère: Je ne sais rien.
Nabtal: Tu sais que je m'en sers pour éliminer l'islam et les musulmans.
(…)
La mère de Nabtal: Te moques-tu de moi encore une fois ?
Nabtal: C'est la dernière fois. Nous allons remporter une grande victoire et réaliser de grands objectifs.
La mère: Combien veux-tu , cette fois ?
Nabtal: Mille dinars.
La mère: Non. C'est trop.
Nabtal: Ce n'est pas trop pour éliminer Mahomet ben Abdallah et son appel à rejoindre l'islam. En plus , je te rendrai toute la somme dès que nous aurons gagné.
La mère: Voilà. Tout ce que j'espère , c'est que Mahomet et son appel à rejoindre l'islam seront complètement éradiqués.
 
Nouvelle séquence: Nabtal et deux autres Juifs barbus portant des calottes à bouts pointus (Pinhas et Shas) sont assis autour d'une table.
 
Pinhas: J'ai dressé quatre plans pour éliminer Mahomet et son appel à rejoindre l'islam.
Nabtal: Quel est le premier plan ?
Pinhas: La première chose à faire , c'est de raviver la haine entre les tribus des Aws et des Khazraj.
Pinhas: Bien vu , Pinhas. Mahomet les a réconciliés , leur faisant oublier l'hostilité du passé.
Nabtal: Nous profitions bien de cette hostilité avant leur conversion à l'islam , et nous devrions en profiter encore plus maintenant qu'ils se sont convertis.
Nabtal: Nous en profiterons encore plus aujourd'hui.
Pinhas: Quel est le second plan , Pinhas ?
Pinhas: Nous ne donnerons pas l'argent déposé qui se trouve entre nos mains aux commerçants et aux riches qui se sont convertis à l'islam.
Nabtal: Bien joué , Pinhas , bien joué.
Pinhas: C'est un châtiment pratique visant tous ceux qui osent abandonner leur religion pour rejoindre celle de Mahomet , qu'ils soient polythéistes , chrétiens ou Juifs.
Nabtal: Et c'est aussi un moyen tout simple de mettre la main sur cet argent et de l'ajouter à nos richesses.
Pinhas: Quel est le troisième moyen , ô grand rabbin ?
Nabtal: Répandre de fausses rumeurs sur l'islam.
Pinhas: Excellent. Formidable. Et le quatrième ?
Nabtal: Inventer de fausses histoires pour nuire aux musulmans.
Pinhas: Non , non , Pinhas. Ce sera difficile.
Nabtal: Mais c'est la plus facile des quatre méthodes !
Pinhas: Comment ça ? Ils restent ensemble et coopèrent comme s'ils étaient un seul homme.
Nabtal: Commençons par les deux premières suggestions.
(…)
 
Nouvelle séquence: Shas et Nabtal , en extérieur , aperçoivent une de leurs connaissances qui approche.
 
Nabtal: Voici Amru ben Al-Numan Al-Baiyadi.
Pinhas: Oui , c'est bien lui.
Nabtal: Il est temps d'appliquer la première partie de ton plan consistant à raviver la haine passée entre les Aws et les Khazraj. Il est de la tribu des Khazraj. Les Aws ont tué son père lors de la bataille de Boath.
 
Amru approche des deux hommes.
 
Amru: Quelle surprise ! Voici Rabbi Nabtal et Rabbi Shas.
Nabtal: Bienvenue , mon cher ami , fils d'un homme qui m'était cher.
Pinhas: Comment vas-tu , mon enfant ?
Amru: Nous remercions Allah pour la grâce de l'islam.
Nabtal: Hier , je t'ai vu marcher bras dessus , bras dessus avec Abdallah ben Al-Khudheir , de la tribu des Aws.
Amru: C'est un grand ami.
Nabtal: Un grand ami ? Je n'en crois pas mes oreilles.
Amru: Pourquoi pas ?
Pinhas: As-tu oublié ce que son père , Khudheir , a fait à ton père , Nuuman ? Il l'a tué. Non seulement l'a-t-il tué , il a aussi mutilé son cadavre de façon abominable.
Amru: C'est exact , mais l'islam a lavé les haines d'autrefois et nous a unis dans l'amitié , l'amour et la fraternité.
Nabtal: L'amitié , l'amour et la fraternité avec quelqu'un dont le père a tué ton père et dont il a mutilé le cadavre ? Il a ouvert l'estomac de ton père et en a extrait le foie.
Amru: Assez ! C'est assez. Je ne veux pas entendre davantage d'incitation à la haine.
Nabtal: J'étais l'ami de ton père. C'est pourquoi j'étais triste de te voir aller avec le fils du meurtrier de ton père , puis de l'appeler ton grand ami. Pinhas: Non , Amru , non. Ce n'est pas bien de tenir des propos qui diminuent ta virilité , ton honneur et ton courage - connus et estimés de nous tous.
 
Abdallah Ben Al-Khudheir s'approche de son ami Amru et lui tend la main.
 
Abdallah Ben Al-Khudheir: Bonjour , mon cher ami.
Amru: Assez de cette hypocrisie. Sors ton épée.
Amru brandit son épée.
Abdallah Ben Al-Khudheir: Incroyable ! Que s'est-il passé ?
Amru: Si tu ne sors pas ton épée pour te battre avec moi , je te tue tout de suite.
Abdallah: Ne veux-tu pas m'expliquer la cause de cet étonnant changement dans notre relation ?
Amru: Je n'ai pas le temps d'expliquer.
Abdallah: Alors tu me forces à faire quelque chose que je ne souhaite pas faire.
Amru et Nabtal se battent en duel , sous l'œil ravi de Nabtal et Shas.
 
Nouvelle séquence mettant en scène le père et ses enfants
 
Le père: Les Juifs tenaient à attiser les vielles haines entre les tribus des Aws et des Khazraj à Yathrib.
 

//islam-documents.org/


26/12/2012
0 Poster un commentaire